Au rang des maladies chroniques, le lymphœdème. Et si cette pathologie n’est fort heureusement pas mortelle, elle peut s’avérer particulièrement handicapante. Plus encore, sa prise en charge est encore perçue comme insuffisante et bien qu’une journée (le 6 Mars) lui soit désormais consacrée, de nombreux efforts restent à faire pour accompagner au mieux les patients. Dès lors, lumière sur cette affection déroutante…

Qu’est-ce qu’un lymphœdème ?

Bien que méconnu, le lymphœdème est une pathologie à ne pas négliger et qui peut être à l’origine d’un véritable (et douloureux) inconfort au quotidien. En effet, il s’agit là d’une trouble de la circulation de la lymphe. Celle-là même par laquelle sont normalement évacués tous les déchets, bactéries et cellules endommagées présentes dans l’organisme. Or, dans le cas où cette évacuation lymphatique ne se fait pas correctement ; la lymphe peut s’accumuler sous la peau et engendrer un gonflement plus ou moins important. Dans les cas les plus importants, on parle de lymphœdème. Généralement, ce trouble apparaît à la suite d’une malformation des vaisseaux lymphatiques, leur obstruction ou leur dégradation à la suite notamment d’une chirurgie, d’un accident, d’une virulente infection ou d’une ablation des ganglions. En outre, cette pathologie peut également survenir en marge d’un cancer du sein. Enfin il est à noter que si le lymphœdème est présent dès la naissance ; il est qualifié de « primaire ». Mais l’on parle au contraire de lymphœdème « secondaire » si la maladie se déclare à la suite de l’un des évènements précités.

Quels en sont les symptômes ?

La principale caractéristique du lymphœdème n’est autre que le gonflement (préalablement évoqué) des membres supérieurs ou inférieurs. Plus rarement, la maladie atteint d’autres parties du corps. Parmi les nombreux symptômes connus ; la sensation de lourdeur ou de raideur, les douleurs, le resserrement de la peau, la diminution de la souplesse ou de la mobilité de la partie du corps atteinte ; ou encore la sensation que les vêtements ou les bijoux sont trop serrés une fois portés.

Pour autant, que faire pour minimiser l’impact de la pathologie lorsque celle-ci est déclarée ? Car bien que le lymphœdème soit incurable, il existe différentes façons d’en atténuer les effets et de vivre au mieux avec la maladie. Retrouvez davantage de détails à propos très prochainement par ici !

Cet article est une contribution libre rédigée par un auteur partenaire et non par la société elle-même.